Paiement vocal : Demain, il suffira de parler pour payer

Fév 23, 2021

Dans un contexte marqué par la crise sanitaire, les acteurs du paiement réfléchissent à de nouvelles manières d’effectuer des paiements sans contact, le tout en respectant les normes de sécurité et de distanciation en vigueur. Parmi ces nouveaux concepts, on retrouve un paiement vocal qui commence à se démocratiser dans plusieurs pays.

De premières expérimentations dans le monde de l’automobile

Le mastodonte Amazon développe effectivement depuis quelques années des fonctions de paiement vocal, à travers l’assistant virtuel Alexa. Les premières applications de paiement sur ce support ont été pensées pour les stations-services et le paiement de l’essence ; Amazon a ainsi déployé sa solution dans près de 11 500 stations-services Mobil et Exxon aux Etats-Unis.

L’objectif de cette solution est d’apporter une alternative au paiement par carte sans contact, certes très rapide mais nécessitant de sortir de son véhicule et d’approcher la carte bancaire du terminal de paiement. Ici, la transaction est traitée par le système de paiement Amazon Pay, combiné à une API développée par Fiserv permettant le traitement de la transaction sur la pompe à essence.

Des principes similaires commencent à émerger dans d’autres pays, curieux d’expérimenter ces solutions de paiement par voie vocale. En France par exemple, le leader des solutions de paiement intégrées et constructeur de TPE Ingenico teste des solutions de ce type dans le centre E.Leclerc d’Argentan. Toujours pensée pour l’environnement automobile, cette solution de paiement vocale se concentre également sur l’achat de carburant. Ingenico souhaite néanmoins élargir son application à la réservation de bornes de recharge électrique, à la commande de repas depuis son véhicule, au paiement du péage et à tout autre paiement susceptible d’être effectué depuis sa voiture.

Vous l’aurez compris, les solutions de paiement par voie vocale sont actuellement surtout pensées pour le monde automobile. Cela dit, de nombreux domaines pourraient bénéficier de solutions de ce type. Ingenico dit par exemple vouloir évaluer « l’appétence des utilisateurs pour le commerce vocal dans des scénarios définis. »

Les autres applications du paiement vocal

Le paiement par commande vocale peut en effet aspirer à être utilisé autre part que depuis un véhicule. La digitalisation grandissante des paiements laisse d’ailleurs penser qu’un paiement à distance par voie vocale puisse être pertinent.

Pour le paiement d’un achat sur Internet par exemple, une confirmation d’achat vocale est tout à fait envisageable. Au moment de confirmer l’achat, l’utilisateur va recevoir un appel scénarisé où il pourra confirmer son paiement vocalement à l’aide de mots-clés simples comme « je confirme le paiement par voix ».

On peut également prendre l’exemple des assistants que sont les enceintes connectées Google Home ou Amazon Echo, qui servent déjà d’intermédiaires pour la confirmation d’un achat. Il vous manque quelque chose pour le repas de demain ? Vous pourrez le commander vocalement à travers votre enceinte connectée, sans devoir remplir manuellement votre panier et confirmer votre achat ensuite. C’est le sens de la proposition de Carrefour, qui a développé un service de shopping vocal pour les utilisateurs d’un smartphone Android, équipé de l’assistant vocal de Google.

Cette technologie de biométrie vocale peut également servir de confirmation pour certaines opérations bancaires comme :

  • la consultation de compte,
  • la validation de certaines transactions avec le conseiller bancaire, le tout depuis son domicile,
  • les virements vers des comptes externes.

L’application du paiement par voix dans ces opérations bancaires et dans les autres utilisations citées dans cet article est rendue possible par son aspect extrêmement sécurisé. Encadré par la DSP2, le paiement vocal rentre dans la famille des paiements biométriques dont nous avons déjà pu parler, à condition qu’il bénéficie d’une double authentification. La biométrie semble en effet devenir un axe fort du développement de la sécurité des paiements, sujet primordial pour tous les acteurs.

Le paiement vocal pourrait donc devenir une nouvelle habitude pour les consommateurs. D’après l’Institut GfK, plus de la moitié des Français seraient intéressés par l’acquisition d’un assistant vocal cité précédemment. Ce chiffre confirme l’idée qu’un paiement vocal puisse rejoindre la famille des moyens de paiement privilégiés par les consommateurs du monde entier.

Share This